• English
  • Français

Chantal Baudouin

Chantal commence à danser à l’école DansEncorps School au Nouveau-Brunswick, pour complémenter sa formation en gymnastique. Plus tard, elle enseigne le hip hop à son école, et en 2005, elle se joint à la compagnie DansEncorps, avec qui elle va en tournée en Jamaïque et au Niger, en Afrique. Voulant se concentrer sur sa formation, Chantal vient à l’École en 2009.

L’École offre tout ce qu’elle recherchait – des cours techniques stimulants, beaucoup d’occasions de se produire sur scène et de nombreux professeurs invités inspirants. Elle dit : « Mon expérience au Programme de Formation Professionnelle était très gratifiante et elle m’a ouvert les yeux également. Les professeurs à l’École offrent des cours techniques incroyables et se dédient entièrement à aider chaque étudiant à progresser et évoluer encore plus. » Suite à des performances exceptionnelles dans sa dernière année à l’École, Chantal se joint à Toronto Dance Theatre en tant que stagiaire (programme sponsorisé par la banque TD) pour l’année 2012-13.

Helen Cox

De Calgary, en Alberta, Helen a commencé sa formation à l’école de l’Albert Ballet. En 2009, elle déménage à Toronto pour étudier à l’École, après qu’un de ses professeurs au programme d’été de l’école du Alvin Ailey American Dance Theater lui ait suggéré de passer l’audition. Helen trouve que ce qui rend l’École spéciale est le lien qui est créé entre les élèves, les professeurs et le personnel. Elle dit : « Ils veulent prend soin de nous en tant qu’individus, et chaque personne impliquées dans notre processus d’apprentissage partagent avec nous tout ce qu’ils peuvent pour nous voir progresser. »

Alors encore dans sa troisième année d’études, Helen accepte une position au sein de EDge 2013, la compagnie du programme d’études supérieures de la London Contemporary Dance School’s en Angleterre.

mateoheadshotMateo Galindo Torres

Originaire de Bogota, en Colombie, Mateo a étudié le ballet classique en Colombie et à Cuba avant de continuer ses études à l’École. « Tout en ayant des exigences techniques et physiques élevées, l’École encourage également ses étudiants à poser des questions et à investiguer de nouvelles possibilités de performance sur scène. » Il attribue son propre progrès au large éventail d’enseignants et de chorégraphes au sein du programme. « Personnellement, mes points de vue artistiques se sont élargis immensément ainsi que ma compréhension de cet art. » Pendant son séjour au Canada, Mateo a dansé pour Typecast Dance Company, Kokus Productions, Cadence Bridges Ballet et 3 is Company. Une fois diplômé, Mateo a été invité à danser pour Peggy Baker Dance Projects. Il espère continuer à grandir en tant qu’artiste en acceptant de nouveaux défis et en se donnant entièrement à son art qui, selon lui, est « l’un des outils les plus importants pour faire évoluer la société. »

jessicaJessica Hall

Originaire de Toronto, Jessica Hall commence sa formation en danse à un jeune âge et découvre sa passion pour la danse moderne à l’école Etobicoke School of the Arts. Elle termine un certificat en études médiatiques de Humber College, mais son amour pour la danse l’amène à l’École, où elle change de choix de carrière pour quelque chose qui « est rempli de sens, d’intégrité, de joie et surtout qui lui donne un objectif dans sa vie. » Jessica a eu l’honneur de danser dans l’œuvre iconique de Danny Grossman et Judy Jarvis, Bella, dans Acceleration 2013, et elle a dit : « À la fin des trois ans, je ne me pose plus la question, est-ce que je suis une danseuse ? Je sais que je suis danseuse. En regardant vers l’avenir, je sais que je pourrai faire ce que j’aime grâce à ma formation. Cette ville est remplie d’artistes passionnés, talentueux, et j’ai hâte de devenir un membre important de cette communauté. »

marieMarie Lambin-Gagnon

Née à Montréal, Marie termine sa formation à l’école du Ballet Divertimento avant de se joindre à l’école de Toronto Dance Theatre. Marie dit que les professeurs ici l’ont beaucoup aidé. « Ils m’ont aidé à développer plus de force physique et ma technique, et ils m’ont donné des outils pour être prête et faire face au monde professionnel. Ils m’ont permis de réaliser à quel point la danse contemporaine est intense physiquement et émotionnellement… Les professeurs m’ont poussé et m’ont encouragé à aller encore plus loin et ne pas me satisfaire des limites que je pense avoir. » En janvier 2013, Marie a eu l’occasion de danser l’œuvre de Rachel Browne, KJ4, au Fleck Dance Theatre avec d’autres étudiants de troisième année. Plus récemment, elle a été mise en vedette dans le lancement de la compagnie Desrosiers Dance Projects dans un solo créé pour elle par Robert Desrosiers. Marie espère travailler à Toronto et Montréal avec autant d’artistes quelle peut.

natalia
Natalia Lisina

Natalia est née à Kazan, en Russie et a étudié la chorégraphie à l’université Kazan State University. Après son diplôme, elle passe une année dans le petit village de Outokumpu, en Finlande, pour étudier la danse contemporaine au North Karelia College. À l’École de TDT, elle a beaucoup aimé explorer de nouvelles techniques. Elle dit : « J’aime utiliser l’improvisation dans la création de mes pièces ; le mouvement naît naturellement, spontanément, dans le moment présent, en conversation avec soi-même, avec un partenaire, avec le public, avec l’espace et le temps. C’est tout le temps une nouvelle expérience, et j’aime me surprendre. » Maintenant diplômée de l’École de TDT, Natalie est très reconnaissante envers les professeurs et chorégraphes avec qui elle a pu travailler. « J’ai pu apprendre quelque chose d’utile avec chaque enseignant. Je suis venue à l’École pour étudier la danse, et j’y ai trouvé une famille professionnelle. »

marco

Marco Placencio

Élevé au Brésil, Marco voulait devenir artiste du cirque. Il est venu à Toronto pour étudier l’anglais et s’est inscrit à l’École en 2011. Il attribue sa croissance artistique à l’unique occasion de travailler avec une vaste gamme de chorégraphes. « Parfois je m’arrête, et je pense à tous les chorégraphes avec qui j’ai travaillé, et je n’arrive pas à y croire. Les commentaires que je reçois de tous les chorégraphes sont précieux et ils m’ont définitivement formé en tant que danseur. » Ce qui est le plus difficile dans le fait d’étudier à l’École est d’être loin de sa famille, mais il dit : « Il faut juste que je me concentre sur la danse et combien je suis heureux de danser. J’ai de la chance de pouvoir danser tous les jours. » Il dit que ses camarades de classe à l’École sont devenus sa famille. « Nous nous entraidons beaucoup. Ils me poussent à faire mon mieux. »

joshuasailoJoshua Sailo

Joshua quitte sa résidence à Mizoram, en Inde, pour étudier à l’université de Colombie-Britannique (University of British Columbia), où il est introduit à la danse et commence à prendre des leçons de danse de ses amis dans le sous-sol de sa résidence universitaire et au Harbour Dance Centre. Plein de potentiel, il se retrouve rapidement à l’École. « Les professeurs ont été très clairs dans leur façon de m’enseigner ce nouveau vocabulaire de danse et patients avec moi en attendant que mon corps s’ajuste aux mouvements que nous faisons en classe… et mes camarades de classes sont très encourageants et me soutiennent dans mon évolution et ma formation. » Joshua aime également chorégraphier dans les séries Coffee House. « C’est une expérience exaltante – j’apprends à utiliser le mouvement pour projeter mes pensées et idées. »

Jarrett Siddall

Jarrett Siddall, né à Grande Prairie, en Alberta, s’est formé en danse ukrainienne et a intégré en 2006 la célèbre compagnie Ukrainian Shumka Dancers. Il s’est aussi formé et a dansé avec Citie Ballet à Edmonton.
Afin d’explorer la danse contemporaine, il s’est inscrit à The School of Toronto Dance Theatre, et il a immédiatement été remarqué par les professeurs qui l’ont décrit comme étant un « danseur énergétique, passionné, avec énormément de potentiel, qui peut avoir une brillante carrière en danse ». Il a été nominé et a reçu en 2010 la prestigieuse bourse d’études pour jeunes artistes en danse contemporaine de la Fondation Hnatyshyn. Le jury était impressionné par sa puissance athlétique, sa sensibilité aux nuances et subtilités du mouvement et sa capacité d’expression émotionnelle. Jarrett dit des professeurs de l’école : « Ils te poussent et veulent vraiment que tu réussisses. »
Durant sa troisième année, il a dansé deux magnifiques solos de Christopher House, qui l’a par la suite invité à intégrer la compagnie Toronto Dance Theatre en tant que l’un des deux stagiaires pour la saison 2012-13 season. Jarrett est maintenant un membre à temps plein au sein de la compagnie Toronto Dance Theatre.

melissawattMelissa Watt

D’Edmonton, en Alberta, Melissa, alors étudiante en deuxième année, se voit attribuer la prestigieuse bourse de la Fondation Hnatyshyn pour les jeunes artistes en danse contemporaine, un grand honneur pour la jeune danseuse et l’école également. Le corps professoral a unanimement nominé Melissa, en qui ils voient un avenir prometteur en danse. Dans sa démarche artistique, elle écrit : « Avant ma formation ici, après les spectacles, souvent je trouvais que je ne comprenais pas l’expérience que je venais de vivre sur scène, ces trois ou cinq minutes passées, mais maintenant je peux être présente dans le monde que nous créons, mes pairs et moi, sur scène ensemble. Je trouve que mon appréciation et ma compréhension de cette formidable forme d’art qui est la danse ont grandement évoluées. Je suis plus mûre et je vois le monde général de la danse avec une plus grande ouverture d’esprit et d’âme.

noelle1Noelle Young

Noelle Young a commencé à danser dans sa communauté natale à Chilliwack, en C.-B. Une des ses expériences les plus importantes dans sa formation en danse était de voyager à Frankfurt, en Allemagne avec l’équipe du Canada pour le Championnat de Danse International en 2012. Sur recommandation de Josh Beamish, elle participe au programme d’été de l’école de TDT. « Je voulais me concentrer sur la danse contemporaine, pour le mouvement et l’art de cette forme de danse. Après avoir fait le programme d’été, je savais que j’étais au bon endroit. » À la fin de sa première année, Noelle adore danser toute la journée. Elle dit : « La relation entre étudiants et professeurs est très positive ; ils n’ont vraiment que l’intérêt des étudiants en tête. L’atmosphère est professionnelle ; je sens que nous sommes formés à devenir professionnels. » Elle est également très enthousiasmée par les séries de performances, où elle a vraiment été inspirée par les artistes présentés comme Peggy Baker et Margie Gillis.